Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mai 2011

Courage ou pas?

Et les gens demandent comment je fais pour continuer, ils me disent que j'ai du courage....

Je leur réponds tout simplement.

Du courage, certes il en faut , mais plus que du courage il faut de la sagesse.

Je n'ai nullement la prétention de croire que j'ai atteint la sagesse suprême , car la tâche est difficile. Simplement il faut regarder la vérité en face , ne pas biaiser , l'affronter droit dans les yeux , l'accepter..

Ensuite il faut savoir relativiser,  certes ma douleur m'est propre et personnnelle , mais je ne suis pas la seule à devoir surmonter un obstacle et même si j'y travaille encore , penser positivement me permet de moins souffrir.

La vie suit son cours , je suis là avec mes 3 autres enfants et 2 choix s'offrent à moi.

Ou je sombre dans la depression , la folie douce et m'accroche à un espoir vain que tout ceci n'est une énorme farce, ou je m'accroche à ce souffle de vie  et j'avance pour porter mes enfants vers leur avenir en les entourant de tout mon être , de tout mon amour afin d'en faire des adultes prêts à affronter les  peines et les joies que la vie leur apportera.

Si j'opte pour le premier choix, alors , déjà brisée à l'intérieur   je ne ferais qu'enfoncer le clou qui me conduira à ma perte , à ma santé mentale ; au risque de perdre à jamais tous mes enfants , puisqu'on ne permettra pas à une femme de faillir dans son rôle de mère. Si cela arrivait , j'en mourrais.

Mes enfants  déjà amputé d'un frère  serait privés de leur maman. C'est une chose impossible pour moi.Je veux le meilleur pour eux et je ne vais sûrement pas les abondonner.

 

Donc j'opte pour le second choix, je fais front , je me bats , je me relève et je continue à vivre , pour moi , pour mes enfants , pour mes petits-enfants.

Lorsqu'on devient maman , une lourde responsabilité nous incombe et on a pas le droit de se laisser aller. On devient leur phare , on devient leur repère , on est là , nuit et jour pour les guider sur les chemins tortueux de la vie.

Oh bien sûr  , ce n'est pas toujours simple et l'ingratitude des enfants est bien connue , mais si on fait de son mieux pour les élever ;leur donner les clés qui les aideront à ouvrir les bonnes portes , alors tout ne sera pas vain et ils nous remercieront d'avoir su les guider.

C'est donc ainsi que je vais continuer , comme je l'ai toujours fait , en faisant des erreurs parfois , l'essentiel est de toujours avancer et si je regarde parfois en arrière , ce n'est pas pour soupirer sur des regrets ou des remords , c'est juste pour m'aider à essayer d'être encore meilleure.

 

Si mon regard semble perdu , ce n'est pas de la tristesse , c'est juste que je suis en communion avec mon fils parti, parti pour un long voyage.

Alors du courage , nous en avons tous, nous avons tous cette capacité à surmonter les embûches certains plus que d'autres , mais si vous sonder votre coeur , demandez-vous ceci

Pourquoi pleurez-vous ? pourquoi êtes-vous tristes?

Pleurez-vous vraiment parce que Quentin est parti? ou pleurez-vous parce qu'au fond vous vous demandez comment vous aller faire sans lui? et que finalement vous lui en voulez de vous avoir abondonner.

Parce que je suis convaincu que Lui est heureux là où il est.

Tout cela ne m'enlevera pas la plaie que j'ai en moi , mais cela m'aide à survivre et me conforte dans l'idée que la vie est un trésor précieux et qu'il ne faut pas s'égarer sur les chemins de la haine , de la vengeance et de l'intolérance.

La vie est un cadeau et il faut savoir la remplir en donnant le meilleur de soi .

Telle est ma philospohie, vivez , aimez et faites toujours du mieux que vous pouvez et vous verrez comme vous vous sentirez léger...

 

mardi, 24 mai 2011

Je n'oublierais jamais....

Je n'oublierais jamais..

Ce samedi 14 mars 1992 , où tu as poussé ton premier cri à la maternité de Laon.

Cette belle journée où nous avons fait connaissance.

où notre Amour , déjà entamé pendant ta gestation ,devenait fusionnel

Je pouvais enfin te voir , te sentir , te caliner , toi si petit , si fragile dans mes bras et déjà ce regard qui en disait long....

Tu as été mon premier fils et tu devenais le deuxième enfant d'une fratrie qui comptait déja ta grande soeur Priscilla et qui aurait ensuite deux petits frères , Pierrick et Erwan.

Je n'oublierais jamais...

 Ton premier sourire ,tes premiers babillements , tes premiers mots , tes premiers pas ...

Je n'oublierais jamais...

Ton premier jour à l'école maternelle où tu n'as même pas pleuré.Tu es partie avec la maîtresse rejoindre les autres enfants et tu as commencé ta vie sociale.

Avec les premiers copains ,les premières copines , vous vous êtes suivis jusqu'au début du CM2 ..Nous avons déménagé ensuite.

Mais tu as gardé contact avec beaucoup d'entre eux.

Ces années où l'o apprend à grandir , où l'on fait des bêtises , on l'on s'amuse...

Les spectacles de fin d'année , les remises de prix, les carnavals , les lotos...

Je n'oublierais jamais ...

Nos vacances , moments privilégiés où l'on se retrouvait ensemble , où les horaires n'avaient pas d'importance

La plage et ses châteaux de sable, les baignades et les rires quand on s'éclaboussait, les ballades du soir sur le sentier des douanier ou sur le long de la plage où tu adorais faire des ricochets avec ton papa.

Les coquillages qu'on récoltait comme des trésors,

Je n'oublierais jamais..

Ta petite bouille emerveillée à chaque découverte, tes jolies fossettes quand tu souriais.

Je n'oublierais jamais...

Tes pleurs quand tu étais triste ou que tu t'étais fait mal  et que tu venais te lover dans mes bras pour un gros bisou magique.

Ta petite gueule d'Amour quand tu fronçais les sourcils  parce que tu n'étais pas content.

Je n'oublierais jamais...

Les jours heureux avec ta soeur et tes frères , les joies partagées , les bêtises , les chamailleries, les engueulades, les taquineries.

 

Je n'oublierais jamais...

Ta tristesse de laisser tes copains en Picardie, la difficulté à s'intégrer dans un nouveau paysage.

Puis la joie ensuite d'avoir de nouveaux amis, une nouvelle vie.

Je n'oublierais jamais....

Ta première rentrée au collège, ton premier match de rugby , ta première audition de musique , ton premier concert en orchestre , ton premier match de basket.

Ta joie de vivre , tes premières colles au collèges , nos délires musicaux sur internet.

Je n'oublierais jamais...

Tes premiers goûts musicaux , ta découverte des Beatles,ta passion pour la guitare.

Ta première guitare que t'as pas touché pendant au moins un an , mais lorsque tu t'es lancé , ce fut le coup de foudre, Une vraie histoire d'Amour qui ne t'a jamais quitté.

Je n'oublierais jamais...

Ta première " garde à vue" à la gendarmerie de Saverdun où tu n'étais pas fier quand je suis venue te chercher.

La crainte dans tes yeux de te faire tuer par ton papa!! On n'était pas content c'est sûr ,de là à te tuer !!! faut pas éxagérer quand même mon bonhomme.

 

Je n'oublierais jamais...

Ton premier Amour , cette rencontre qui t'a rendu si heureux, cette promesse d'un avenir radieux.

Les concerts d'UK-R où je t'emmenais avec ta chérie , tu m'as complétement rendu accro  et j'aimais ces moments de complicité , même si tu disais que je te "foutais la honte"^^

C'était que du bonheur

Je n'oublierais jamais...

Ton premier chagrin d'Amour , la peine que tu as eu , le temps qu'il t'as fallu pour surmonter, source de conflits entre nous car je ne suportais pas te voir dans cet état et toi tu t'accrochais à ton Amour comme à une bouée de sauvetage...et le temps apaisa ta douleur et tu allas mieux.

 

Je n'oublierais jamais...

Le bonheur et la fierté que tu avais à jouer un air de guitare quand je te le demandais.

Tes éclats de rire qui emplissaient notre maison , nos conneries ; notre complicité,nos ballades en voiture , la musique à fond.

Tes amis que tu aimais , qui faisait aussi parti de ma vie ; la joie de vous retrouver pour un barbecue à la maison et de faire les fous.

Je n'oublierais jamais...

Ce vendredi quand tu es parti avec William , tellement heureux d'aller ensemble à la mer ,

Tu m'as embrassé

Je t'ai dit , amusez-vous et soyez prudents comme à chaque fois que tu partais quelque part...

Je n'oublierais jamais tant et tant de choses qui sont là dans ma mémoire et dans mon coeur de maman.

Je ne t'oublierais jamais mon fils , car je t'aime plus que ma vie.

 

 

 

 

 

lundi, 23 mai 2011

Ton Absence

Et le manque peu à peu se fait ressentir

L'absence  s'éternise ....je l'attends , je l'espère ; je me languis

Et lentement le mal s'initie en moi, à pas de loup , il me surprend au détour d'une image de Toi.

Je ne cesse pourtant de te regarder, de t'admirer , ton visage pur et beau m'apparait sans cesse.

Comme une caresse ou comme une claque...

Les jours se suivent , fidèles ,au lever du soleil, puis les jours se couchent pour faire place à la nuit.

Inéxorablement.

La nuit que je tente de reculer , qui me fait peur , moment de solitude , face à moi-même , face à mon destin..

Ma tête lourde et légère à la fois , imprégnée de ton doux sourire.

J'ai comme une épée enfoncée dans mon ventre , qui resté figée dans mes entrailles...personne ne réussit à me l'enlever et je saigne , saigne mais je ne peux  hurler ma douleur.

Comme une hémorragie interne que personne ne peux stopper, je me vide lentement ...

Et alors; enfin je m'endors , épuisée par cette lutte sans merci entre l'irréel et la raison.

Et un nouveau jour nait... le combat continue.

Tiraillée entre la souffrance de ton absence et la joie de te penser heureux..

mercredi, 18 mai 2011

Mon Fils

C'est tès difficile de dire ce que je ressents depuis presque 10 jours , je n'arrive pas encore à réaliser vraiment que jamais plus , je ne pourrais serrer mon fils dans mes bras.

Le manque s'installe peu à peu , jour après jour...

Il ne rentrera plus à la maison.

La guitare restera silencieuse et je sombre  , j'ai des vertiges , j'ai des hallucinations  , je deviens folle...

Pourtant , il me faudra vivre avec cet éternel sentiment de manque, avec cette douleur tout au fond de mon être, avec ce chagrin perpétuel qui ne me lâchera plus jamais...

J'ai  pleuré , je pleure et je pleurerais encore et toujours , en silence dans le soir quand je suis seule , quand les autres sont partis et que l'on ne peut me voir.

Une souffrance qui est en moi désormais , qui m'accompagne   qui parfois s'estompe  mais ne me quitte jamais.

C'est assez complexe à expliquer ...

Depuis ce Dimanche noir, je suis passée par des sentiments bizarres ...le dénie , la colère ,le sentiment d'injustice et d'abondon, la souffrance , le doute,.

Dans ma tête ça cognait , cognait  jusqu'à exploser..

Dans mes entrailles , ça bouillonnait , ça bouillonnait  jusqu'à vomir.

Une sensation d'ivresse m'envahissait

je perdais pied

je coulais

je me noyais ....

Avec mes larmes , avec mon chagrin..

En apnée

Et puis retour à la réalité.... mes enfants à consoler, être forte pour eux , pour lui parce qu'il n'aimait pas voir triste.

Les formalités , mille choses à gérer ,  le temps semble s'être arrêté  , il n'en est rien , le soleil continue à se lever chaque jour... Les amis sont là , présents et affectueux.

La famille , le plus précieux des trésors , touchée par ce drame , unie comme toujours , présents autour de moi et des enfants.

Elle est mon essentiel , mon phare dans la nuit qui me guide et me porte afin de trouver le chemin...

Je l'aime tant

Et tout doucement, je fais un cheminent dans ma tête , je me pose des questions sur la vie et la mort , les mots du prête m'ont apaisés même si j'ai encore des doutes sur l'au-delà.

Je relis Khalil Gibran et ses mots resonnent différement , ses mots ont pris un autre sens et me font du bien.

Je n'ai plus peur de la mort car elle est en nous dès notre naissance , elle nous accompagne en silence out au long de notre vie , simplement nous ne la voyons pas.

Aujourd'hui , je veux être en paix avec moi-même , je veux parler de mon fils encore et toujours en souriant  et riant même.

Je le pense , je le vois , je l'entends , je le vis car Il est moi et Je suis lui.

Je l'ai mis au monde , je l'ai condamné à mort  ce même jour ....il en est de même pour tous, c'est juste un peu trop tôt ...

Il est là près de moi , il chante pour moi...Il m'aime et je l'aime et je sais qu'un jour je pourrais le serrer à nouveau dans mes bras.

 

 

 

 

 

 

dimanche, 03 avril 2011

Quoi de neuf Docteur?

3 semaines se sont écoulées depuis la dernière rentrée des classes et j'avoue me sentir bien mieux.

J'ai vraiment appliqué mes propres conseils et il semble que ça marche bien.

Je vaque tranquillement à mes occupations et ça roule. Je n'irais pas jusqu'à prétendre que tout est parfait mais je crois avoir compris que pour survivre dans mon environnement de travail , il fallait se la jouer faux-culs.

Même si ce n'est pas dans mes habitudes , il faut reconnaître que ça simplifie bien des choses.

 

A la maison , les problèmes financiers sont toujours là , je fais avec , je contourne , j'y remédie à mon rythme et je pense que j'arriverais à stabiliser la situation d'ici fin 2011. C'est long , certes mais je fais avec car je n'ai pas d'autres choix et je refuse de contracter un nouveau crédit qui faute de me remettre à flots , m'enfoncerais définitivement.

Le printemps est de retour et il est agréable d'entendre au loin le doux ronron des moteurs de tondeuses à gazon , et de sentir les parfums enivrants d'un barbecue en préparation.

 

Les enfants se portent à merveille , Quentin s'est enfin inscrit à l'auto-école du village et a commencé avec fierté ses premières leçons de code.

Pierrick semble avoir trouvé un bon équilibre au centre et s'entend très bien avec le professeur d'atelier qui remplace l'ancienne , absente pour cause de maternité.

Erwan se débrouille du mieux qu'il peux et finalement  ; il ira au collège de Mazères dès la prochaine rentré avec des aménagements spéciaux.

Je suis donc soulagée , car savoir qu'il devrait prendre le bus pour aller dans la ville voisine  dans un EREA m'inquiètait un peu.

Même s'il s'était avéré nécessaire de le mettre , il est évident qu'il y serait allé, mais finalement je péfère la savoir ici avec les amis qu'il connait déjà.

On verra bien comment il se débrouille.

Ma fille Priscilla est enceinte de son deuxième bébé . Certains ont dû encore s'en donner à coeur joie pour la critiquer ( pas ouvertement bien sûr) mais il me semble que c'est sa vie , c'est elle qui la gère et si elle veut faire des bébés , c'est son droit.

J'ai d'abord eu mes enfants avant de travailler et au moins elle sera présente pour leur éducation , ensuite il est toujours temps de trouver un travail. C'est son choix et il ne me viendrait pas à l'idée de l'en dissuader.

J'estime avoir fait mon devoir , je l'ai élevée , veillée à son éducation et ensuite elle a mené sa barque toute seule comme une grande ;même si tout a été trop vite , c'est ainsi.

Tout va donc pour le mieux dans ma petite tribu et dans la grande tribu aussi

En effet , la famille ne cesse de s'aggrandir , Zoé ; ma petite-nièce a vu le jour le 17 mars dernier , un autre petit-neveu arrive bientôt.

Mon frère et ma belle-soeur font construire et la maison avance à grands pas.

Il n'y a que des bonnes nouvelles et je ne boude pas mon plaisir.

J'ai omis de souhaiter les 87 ans de mon papa via ce blog mais je vous rassure je lui ai souhaité de vive voix puisque j'ai passé une semaine chez lui aux dernière vacances. je peux vous dire qu'il se porte comme un charme malgrè son grand âge et j'espère que cela va encore durer des décennies!

Ma vie sentimale se porte très bien aussi , même si elle parait complétement incompréhensible pour certains , moi ça me va parfaitement , c'est donc l'essentiel.

J'attend l'été avec impatience , car de nouvelles aventures m'attendent. La joie de revoir ceux qu'on aime , le bonheur de retrouver des personnages de mon enfance, le plaisir de découvrir des contrées inconnues... Tout ça ne fait que renforcer mon apêtit de globe-trotteur avec en prime des nuits sous la tente.

Je sens que cet été va être un super été.....

 

 

 

 

 

13:13 Publié dans Ma Vie | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 05 mars 2011

Auto-critique

Les personnes qui ont un avis sur tout ; sont toutes persuadées d'avoir raison et je trouve cela normal.

Dès lors qu'elles apportent leurs arguments et qu'elles acceptent d'écouter les autres , c'est tout simplement une discussion ou un débat d'idées et cela peut-être intéressant.

Or il semblerait que je sois une personne têtue parce que j'aime avoir le dernier mot ou tout simplement parce que je commente facilement certains commentaires.

Certes , j'aime avoir le dernier mot , mais il arrive aussi parfois que j'ai tord et je sais le reconnaître quoiqu'en en dise...

J'avoue que j'aime camper sur mes positions parce que souvent j'ai raison et je le démontre.

Parce que je refuse de me fondre dans la masse et d'avoir les idées de tout le monde, parce que j'essaye toujours de vérifier mes sources et parce que je ne prends pour argent comptant tout ce que l'on entend à la télé , à la radio ou sur internet.

Cela fait-il de moi un monstre affreux , toujours prêtes à mordre? Je ne crois pas.

Je reconnais mes défauts , déjà le fait d'écrire cette note est en soi un acte courageux et si je le fais c'est justement pour essayer de comprendre mes réactions.

Il est vrai aussi que je peux défendre mes idées avec véhémence et il semblerait que j'aggresse!

Je parle fort et vite et me laisse vite emporter , c'est simplement la passion qui parle à ma place.

Elevée au milieu de 7 garçons dans une famille de 10 enfants , il fallait savoir se faire entendre et c'était pas toujours facile.

 

On me reproche de m'occuper des autres, mais je ne leur impose rien , je ne suis pas une dictatrice comme il semblerait , c'est juste que les personnes refusent d'entendre la vérité et quand leur façon de faire empiète et endommage mon travail , je suis bien obligée de réagir !

Je me fais du tord , et bien oui peut-être mais c'est mon problème.

Ras le bol de toujours fermer les yeux et appliquer la politique de l'autruche.

De toute façon , même quand je ne dis rien , je suis accusée du pire , victime de mon caractère sans doute.

Changer? facile à dire

Et pourtant , je me suis souvent tue dernièrement et c'est vrai que ça fait du bien de rester dans son petit coin bien sagement.

Et bien figurez-vous que sans rien demander ou exiger , on vient quand même me voir pour avoir des renseignement sur telle ou telle chose!!

Que dois-je faire?

Ingorer? faire celle qui s'en fou? rester dans ma léthargie et continuer à ne pas s'occuper des autres?

Après tout, je ne suis plus intelligente qu'une autre , qu'ils se débrouillent!

Sauf que moi, je ne peux pas , je ne sais pas faire ça et si j'ai le malheur d'envoyer au diable , on me reprochera mon mauvais caractère!

J'avoue qu'en plus j'aime aider les autres et je crois que j'ai un travail sur moi à faire c'est sûr.

Dès la rentrée , je vais essayer de ma la jouer tranquille  , zen et pépère.

Je ne dirais plus rien à personne sauf "bonjour! ça va? oui cool! mais en ce qui concerne le boulot je ferais le mien correctement et les autres?

Ce n'est plus mon problème...

 

 

 

 

samedi, 12 février 2011

Emile Benoit

Je le répète souvent la vie est pleine de surprises et pourtant , il n'y  a pas de hasard...

Emile Benoit; Qui est-ce ? me demanderez-vous et je vous aurais répondu il y a quelque temps  que je n'en sais strictement rien..

Cependant , en regardant une de mes chaines télé préférée , Sundance Channel, j'ai eu le plaisir de voir un vidéo-clip dont voici la bande-annonce

 


J'étais fascinée par le concept , les images défilaient et je restais scotchée devant l'écran.

 La chanson " Vive la rose " ne m'était pas du tout inconnue et j'aimais  particulièrement cette version chantée par Emile Benoit ( nous y voilà)

 Sa voix grave et erraillée et ce petit accent canadien donnait  à cette chanson une tout autre dimension.

Alors , curieuse par nature  je m'empressais d'aller fouiller sur google des renseignements sur ce monsieur et j'appris qu'il fut un  célèbre joueur de violon qu'il vécut en Acadie et que ses ancêtres ( arrière-grand-parents) ont emmigré

 depuis Saint-Malo!!!

 Tout devenait clair dans mon esprit et je compris aussitôt pourquoi ce cours métrage m'avait interpelé.

 Emile Benoit




 

 

Ou que vous alliez , vous y rencontrerez un breton , au moins une fois sur deux.

Ce sont de grands voyageurs , qu'ils soient de passage ou qu'ils décident de s'installer quelque part, leur musique laisse des traces indélébiles et tout le folklore nord américain est empreint de leur musique.

Il n'y a pas que les irlandais qui marqué la folk music , les bretons aussi

C'est sûrement ça , la Celtitude!

samedi, 15 janvier 2011

Chouans ! En avant!

Je veux bien que Nolwenn Leroy fasse un retour aux sources, mais il faut arrêter de croire que c'est grâce à elle que les chants traditionnels bretons sont remis au goût du jour et que les jeunes générations vont enfin découvrir leur propre patrimoine.

Parce que , quand même , il me semble que les soeurs Goadec , les frères Morvan ; Gmenmor, Alan Stivel , Tri-yann, Denez Prigent et beaucoup d'autres , étaient là bien avant elle , et qu'ils ont certainement plus de mérites, parce qu'à l'époque c'était pas gagné d'exporter tout un répertoire de musique bretonne vers Paris qui se prenait pour le centre du monde bien pensant.

Alors il ne suffit pas d'ânoner quelques chants traditionnels sur un C.D pour que subitement ; les gens se tournent vers la Bretagne.

J'avoue , savoir qu'elle avait sorti un C.D de chants bretons , me plaisait , mais j'ai très vite déchanté.

Certes , Nolwenn chante bien , c'est son métier donc c'est propre  , bien emballé avec des clips sur fond d'images d'Epinal, mais il manque d'authenticité; de personnalité.

C'est un C.D. cliché, et quand j'entend les propos de soi-disant journalistes sur T.F.1, je me marre encore plus.

leurs références , Manau!!!!, sincèrement c'est agaçant , qu'ils fassent leur travail de journaliste où qu'ils changent de métier parce qu là c'est pas possible!

Ils ne se rendent même pas compte qu'il font  un affront à la Bretagne.

"On danse breton à Montparnasse"!!!!

Sans blague!

Bien sûr que oui , je ne le nie pas , c'est la quartier le plus breton de la capitale  puisque c'est à cet endroit qu'ils se sont installés en masse lorsqu'ils ont emmigré à Paris.

Forcément , on vit à l'heure bretonne mais sûrement pas grâce à Nolwenn Leroy et son dernier opus!

 Il ne manquerait plus qu'elle soit invitée au Festival interceltique de Lorient en Août prochain!! Alors on aurait la totale.

Peut-être était-ce sincère de sa part de vouloir s'impreigner de ses origines , je ne sais pas  mais je n'y crois pas car on sait tous comment les grosses maisons de disques fonctionnent , ils font du bussiness , le reste ils s'en tamponnent le coquillard.

Je crois surtout qu'ils l'ont prise pour Becassine avec ses gros sabots!

 

mercredi, 12 janvier 2011

2 oublis

Je dois faire mon méa culpa.

En relisant ce blog , je me suis aperçu que j'ai oublié d'écrire deux notes.

En effet  ,j'étais supposée écrire sur tous mes frères , or j'en ai omis deux , Yannick et Arnaud.

C'est d'ailleurs assez drôle car physiquement ils sont proches et ils ont tous deux la même passion des avions.

Je plaide coupable, j'ai manqué à tous mes devoirs

Chers frères , si vous passez par ici , sachez que j'ai bien l'intention de rectifier le tir.

 

 

21:54 Publié dans Ma Vie | Lien permanent | Commentaires (1)

mardi, 11 janvier 2011

Héritage

La vie est extaordinaire , et même si je l'ai déjà maintes et maintes fois répété, je ne peux m'empêcher d'être heureuse  .

Pourquoi me direz-vous , tout simplement parce que mon dernier fiston s'est replongé des les albums d'Astérix.

Mes frères et moi avons baigné dans les histoires d'Astérix et Obélix toute notre enfance et aujourd'hui encore ; ces personnages font parti de nous ( la période Goscinny bien evidemment!!! car depuis les scénaris sont bidons).

Alors quand je vois Erwan se régaler à lire ces albums , je me réjouis.

Il lit actuellement " le Tour de Gaule d'Astérix" et essaye  de me coller sur le nom des villes de France en latin , en vain forcément.

tours.png

 

Ainsi , j'ai transmis cet héritage à mes enfants et j'espère qu'à leur tour , ils en feront de même avec les leurs , je suis convaincue que oui.

 Je sais ça peut paraitre dérisoire , n'empêche qu'il y a des choses comme ça  qu'on aime faire partager et quand je vois mon bonhomme , concentré sur son livre , me poser des questions quand il ne comprend pas un truc , ça me fait plaisir.

 Et puis c'est tellement mieux que les jeux vidéos!!!!!

 

 

20:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)